L’édito de décembre par maître Yoda

Salsa Loca - Strasbourg Association de danse salsa à Strasbourg

L’édito de décembre par maître Yoda

On va commencer par une grande et bonne nouvelle après ce novembre triste pour la France. Nous vous attendons pour la grande soirée « Salsa Navidad 6 ». C’est très très bientôt … Et attention, contrairement à nos habitudes, ce sera le vendredi et non le samedi, vendredi 4 décembre 2015.

12108866_496157243896537_1985537881490502702_n

Noël avant l’heure le 4 décembre

Deux nouvelles à tous les danseurs, que vous connaissez déjà car nous avons communiqué à ce sujet : Tout d’abord n’oubliez pas, si vous le pouvez, de nous ramener vos jouets neufs ou usagés, nous les redistribuons via le pasteur Gérard de Cronenbourg à des enfants défavorisés. Nous vous proposons de donner mais vous aurez aussi la possibilité de recevoir puisque deuxième nouvelle, nous avons noué un partenariat avec l’institut de beauté 67 à Wiwersheim qui vous propose de gagner lors de cette grande soirée un soin hammam et massage d’une valeur de 60 euros. Et pour les autres, une entrée à tarif réduit pour cet institut sera proposée à l’entrée.

Enfin, nous allons remettre à l’honneur comme chaque année le carnet de bal qui vous sera donné à l’entrée, qui vous invite à danser avec un inconnu, de proposer de danser à qui vous voulez. Profitez-en, un petit didacticiel pour vous expliquer le principe.

Deux nouvelles, cette fois-ci réservées aux élèves adhérents. Comme chaque année, nous vous offrons un T-shirt Salsa Loca, et nous vous les avions promis la semaine dernière mais petit souci chez le fournisseur … Donc promis, ils arrivent cette semaine, noir pour les jeunes filles, bleu marine pour les jeunes hommes, vous les aurez lors des cours, sinon venez également lors de la soirée voir DJ El Astico, il vous l’offrira, en échange toujours d’un sourire … Et les cours continuent à Salsa Loca jusqu’au mercredi 16 et jeudi 17 décembre.

D’habitude, si vous avez l’habitude de me lire, vous savez que je parsème toujours mes éditos de plaisanteries, plus ou moins bonnes … Je n’ai pas le cœur à rire après ce qui est arrivé. Nous vous avons déjà fait part de nos pensées immédiatement après les attentats, je vais rajouter quelques mots. Ce ne seront pas les miens, ce seront ceux du véritable maître Yoda, à savoir maître Spinoza, je ne suis qu’une vulgaire contrefaçon. Immédiatement après les attentats, je suis allé le soir du samedi, le lendemain, à une soirée ainsi que le surlendemain à Salsa Domingo. En fait, j’avais un besoin de danser, de faire retentir la joie de la danse en moi. Je me suis rendu compte qu’il y avait beaucoup moins de monde que d’habitude dans ces lieux, un sentiment naturel de peur a sans doute retenu beaucoup de gens à la maison. Ces fanatiques se sont attaqués à des personnes mangeant ensemble tranquillement au restaurant, avec des amis, avec la famille, et à des personnes qui assistaient à un concert, lieux de vie et de joie. Ils l’ont fait au nom d’une religion totalement dévoyée à leur propre désir de tuer, de massacrer.

Spinoza

Maître Spinoza

Je vais donc m’appuyer sur les mots et la vie de Baruch Spinoza pour expliquer ce qu’il convient de faire, selon moi. Il considérait qu’aucun Dieu ne pouvait se réjouir de l’impuissance et de la peine, et tenir pour vertu les larmes, les sanglots et la mort, qu’un tel Dieu est une ineptie, une aberration totale. Il considérait que l’homme sage devait manger et boire en quantité mesurée, et s’adonner par exemple à la musique, au sport, aux jeux qui exercent le corps et à tout ce qui peut augmenter la Joie, et que c’est ainsi que nous exerçons notre perfection divine. Et l’homme libre ne devait penser à rien moins qu’à la mort, mais à la vie. En réaction à l’horreur du 13 novembre, je vous conseille donc de l’écouter, de vivre, de danser, d’exercer votre corps à vivre encore plus fort, avec vos amis, vos proches, avec les inconnus que vous rencontrerez sur ce parcours qui deviendront qui sait des proches, des ami(e)s. Vous connaissez notre slogan « Sortez, Dansez, Partagez ». Venez à la sortie du 4 décembre, allez sortir pour danser dans d’autres soirées ou exercer d’autres activités, faites retentir la joie dans votre corps, surtout ne vivez pas recroquevillé sur la peur, ce serait donner raison à la folie des assassins du 13 novembre.

Pour avoir dit cela sur la religion et bien d’autres choses encore, Spinoza fut en butte aux persécutions des autorités, des penseurs chrétiens, des autorités ecclésiastiques qui tentèrent par bien des moyens d’interdire ses publications, et il subit des persécutions de sa communauté juive qui l’excommunia par un herem (=malédiction) d’une violence inouïe, le condamnant à ce que son nom soit effacé à tout jamais, l’affligeant de toutes les malédictions possibles et imaginables. Pourtant, malgré ces menaces perpétuelles (il aurait même failli être tué par un fanatique juif) il ne proféra jamais d’insultes envers la religion chrétienne ou juive, il faisait toujours une radicale distinction entre la religion, chrétienne ou juive, qui peut se fonder sur la raison, la charité et la justice, et une religion erronée basée sur la superstition et la violence, qui n’est qu’un leurre, un danger pour les individus. L’histoire se répète, Spinoza a toujours raison, son nom reste ô combien vivant, les malédictions religieuses échouent toujours …

Hopla, salü bisàmme

Facebook Comments

Laisser un commentaire

M'identifier